Chronique d’un jour le plus chaud (réflexion écologique)

Dans la nuit, Stéphane, mon mari, s’est levé pour ouvrir toutes les fenêtres de la maison et coucher sur le papier une idée qu’il avait eue. L’étage, gagné sur des combles d’une ancienne étable, peine désormais à se réchauffer. J’y ai mon cabinet, mon Ar-Men. Cet épisode de grosse chaleur me condamne au chômage technique les après-midis. Tous les jours, je prends le temps de lire des articles sur le réchauffement climatique et les poste sur FaceBook. Je suis heureuse que mon mari ait placé au coeur de sa réflexion et de son activité la conscience écologique. Il a tissé un réseau de personnes de très bonne volonté désireuses, ensemble, d’inverser le cours de la destruction de notre si belle planète. Je ne compte plus les ouvrages qu’il a lus sur l’environnement. Les premiers étaient écrits par Pierre Rabhi. Le dernier l’est par Julien Vidal et s’intitule « ça commence par moi ». Sur la première page, on peut lire: « soyons le changement que nous voulons voir dans le monde. 1 an pour vivre autrement. 356 raisons d’y croire ».

https://www.youtube.com/watch?v=ZYfUcAkrY1E

J’ai devancé Stéphane dans la pensée « verte ». En fait, je n’ai aucun mérite personnel. Ma soeur et moi avons eu la chance de naître dans une famille résolument écologique par nature. Notre mère s’est, jusqu’à l’année dernière, refusée d’avoir la climatisation dans sa voiture. De même qu’elle refusait le diesel et a toujours limité ses trajets en voiture au strict minimum. Les produits naturels comme le bois ou le coton ont toujours été dominants dans nos maisons. Notre père était spécialisé dans la cuisine des restes. Notre mère faisait des courses au jour le jour. On ne stockait pas. On recyclait. On marchait. On ne jetait rien par terre. On n’abandonnait pas nos détritus dans les bois ou en montagne après un pique-nique. On avait des couvertures en laine. Ma mère est, de toutes les personnes qui m’entoure, celle qui donne le plus aux associations caritatives alors qu’elle vit simplement sur la retraite de reversion de notre père et a épuisé tout ce qu’elle avait hérité jeune fille de la famille de son père. Ceux qui partagent ont, plus que les autres, des réflexes écologiques.

Ma conscience écologique s’est naturellement développée quand Stéphane a souhaité que nous venions vivre à la campagne, dans ce coin du Gâtinais, grenier de l’Europe. Ici, j’ai été directement confrontée à une agriculture qui n’avait rien de raisonnée. Je voyais les agriculteurs traiter plusieurs fois par an les champs s’étirant sous les fenêtres de la maison. Dans mon cabinet, je recevais des patientes ayant grandi dans des fermes et ayant développé des cancers du sein. A Curie, les médecins avaient parlé de cancers d’origine épigénétique. Ici, ces femmes ont été exposées dans l’enfance et l’adolescence à des produits chimiques. Une chance pour les filles de ces femmes, cette forme de cancer n’est pas génétique. Un de nos amis, fils d’agriculteur dans la Sarthe, nous a très vite sensibilisés à ces maladies neurologiques apparues chez des collègues de son père, mis au banc de la société car on ne veut pas en entendre parler; on ne veut pas réformer sa manière d’exploiter. Ce drame est remarquablement bien traité par Jean-Xavier de Lestrade dans sa série « Jeux d’influence » diffusée sur Arte le mois dernier.

Avant cette installation à la campagne, le tour du monde que j’ai eu l’occasion de vivre grâce à Stéphane m’a permis de ressentir la planète différemment et de comprendre que nous vivons tous en interdépendance.

Ici, la plupart des agriculteurs passent en « bio ». Ce n’est pas forcément car ils sont animés par une vraie conscience écologique mais parce qu’ils perçoivent des subventions. En deux ans, le plateau qui s’étire sous ma fenêtre a considérablement changé de visage. A l’orge et au blé, se mélangent des chardons, des coquelicots, des bleuets, des marguerites, et encore une variété de plante à grandes tiges brunes dont j’ignore le nom. Les papillons sont revenus en force. Les moucherons pullulent.

Hier, Muguette m’a donné un almanach annuaire de l’Eclaireur du Gâtinais de 1953. Je le feuillette avec passion! J’y découvre les numéros de téléphone des garde-barrière, du sabotier, des instituteurs, canneurs de chaises, cartomanciennes, chapeliers, charrons-forgerons, chaudronniers, chiffonniers, fabricants de brosses, cordiers, recaoutchoutage, repasseuses, remaillage de bas. A la lecture de ces métiers disparus, c’est une autre société qui se réincarne. Une société dans laquelle tout était fait à côté de chez soi par des artisans qualifiés ayant souvent hérité des pères leur savoir-faire. Une société dans laquelle on réparait les objets abimés. Cet almanach est un trésor pour comprendre la vie ici.

On trouve au moins une vingtaine de pages faisant la promotion de matériels agricoles, d’engrais, de pesticides ou de granulés pour les bêtes. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les géants de la chimie ont trouvé le moyen de recycler les gaz ayant tué des millions de personnes. On a persuadé le monde rural qu’il devait se mécaniser pour produire de plus en plus et à un coût de plus en plus faible pour nourrir une population grandissante qui, sans l’industrie chimique, mourrait de faim…Les agriculteurs ont voulu y croire. Ils se sont endettés. L’entraide a disparu. La concurrence est née. 50 ans après, les nappes phréatiques sont polluées par les pesticides.

Les terres sont laminées. Les agriculteurs sont devenus des financiers qui jouent sur le cours des céréales en bourse. Les fossés qui délimitaient les champs ont disparu. Les animaux vivent dans des environnements concentrationnaires. Par souci de place, on coupe la queue des porcelets à la naissance. La plupart des animaux ne voient la lumière du jour que lors du transport qui les conduit à un abattoir dans lequel les conditions de travail sont si sauvages que ceux qui y travaillent deviennent fous et maltraitants. La Bretagne est polluée par les algues vertes.

La glace fond. Le niveau des mers augmente. Les volcans se réveillent. Les arbres meurent. Pour la toute première fois de leur immense histoire (400 millions d’années), ils sont débordés par la rapidité du réchauffement climatique et n’arrivent pas à s’adapter. Les sapins sont particulièrement touchés. Cela n’empêche pas la déforestation massive de se poursuivre en Asie du Sud-Est et dans l’Amazonie. On continue à manger du Nutella sans réfléchir que derrière chaque pot se cache un grand singe qui perd son habitat traditionnel avec l’exploitation de l’huile de palme et est menacé de disparition.

Partout, heureusement, des citoyens se mobilisent et adoptent de nouvelles habitudes de vie: Amap, blablacar, recyclage, compost, potager, chasse au gaspillage, recherche de moyen de locomotion propre…Ce sont toutes ces actions individuelles qui vont faire bouger le sommet de la pyramide. On le sait tous: les hommes et les femmes qui nous dirigent n’ont plus aucune marge de manoeuvre. La ratification par la France du contrat de libre-échange avec le Canada en est une belle illustration! Nous avons tous, près de chez nous, une association qui oeuvre dans le bon sens. Ici, dans l’Yonne, existe « La halle ô palabres ». Les personnes qui organisent les évènements sont des citoyens éco-responsables qui souhaitent participer au développement local, cohérent et global du territoire.

http://www.halleopalabres.fr/

Il est possible d’inverser le cours des choses. Il est impératif de ne pas céder aux chants des sirènes anxiogènes et pessimistes. Il ne faut surtout pas se dire « après moi, le déluge ». Quelle chance nous avons eue de nous baigner dans une Méditerranée dont les eaux étaient claires et encore poissonneuses, de voir briller dans la nuit des vers luisants, de marcher dans la neige, de connaître des vraies saisons tranchées, de respirer un air de qualité et de grandir à l’abri des famines, des guerres et des épidémies.

Je vous laisse avec la chronique écrite l’an dernier à la même date. Elle vous parle de Muguette qui est devenue, avec le temps, l’un des personnages essentiel de ma petite vie à la campagne. Tous les matins, à son contact, j’apprends, je réfléchis et je ris.

Bon courage à tous pour traverser cette si grande journée caniculaire. Soyez attentifs aux personnes les plus âgées, aux jeunes enfants et aux animaux.

A six heures, ce matin, le thermomètre acheté à Marseille affichait déjà vingt degrés. La canicule enveloppe presque tous les pays d’Europe et, en Grèce, autour d’Athènes, tant de malheureux ont péri prisonniers des flammes. Ce matin, avec Fantôme, nous avons été voir Muguette mais nous ne sommes plus autorisés à l’accompagner pour nourrir ses deux moutons, Kiki et Nénette. Le chien de chasse de son fils aboyait si fort que la malheureuse Nénette a vécu recluse sous un tracteur pendant deux jours. Nénette est terrorisée par les chiens depuis que l’un d’entre eux, entré dans l’enclos, a failli l’égorger. Fantôme est tout désappointé que nous n’allions plus les voir et que Muguette ne partage plus à parts égales les morceaux de pain dur entre ses moutons jumeaux et lui.

Maintenant qu’il fait très chaud, Muguette porte à même la peau sa robe d’intérieur, une robe sans manche à petites fleurs bleues. Les heures passées dans son potager lui ont donné une belle couleur caramel qui souligne ses cheveux gris d’argent portés toujours courts. Pour moi, Muguette est un mélange de deux femmes associées à mon enfance et à des vacances bretonnes: deux tantes de notre père et de son frère. Tante Constance, une soeur de notre grand-père et la marraine, une soeur de notre grand-mère chez laquelle notre père, son frère et leur cousin, Pierre dit Pierrot, se sont forgés de nombreux souvenirs. Tante Constance habitait à Concarneau. Sa vie de jeune femme commencée presque comme un conte de fée avait été fragilisée par les années de guerre, les années pendant lesquelles son mari avait été retenu prisonnier en Allemagne. Ce n’était plus le même homme qui avait regagné son Finistère natal, sa femme et leur fille demeurée unique et adorée par sa mère. La marraine et son mari n’avaient pas eu d’enfant si bien qu’elle avait reporté tout son amour sur ses neveux. Je l’ai toujours connue veuve, seule dans sa fermette avec une basse-cour pleine de vie et quelques vaches qu’enfant j’avais essayées de traire assise sur un trépied. Je retrouve dans le regard toujours si pétillant de Muguette l’intelligence qui éclairait les prunelles de tante Constance, la marraine de notre oncle et de la marraine, marraine de notre père.

Tante Constance était une citadine. La marraine était une campagnarde. La marraine portait invariablement la même robe à fleurs. Il me semble l’avoir toujours connue avec des chaussettes de laine glissées dans des sabots. Tante Constance et la marraine étaient des femmes dotées d’une énergie peu commune, d’une volonté farouche et d’une nature très indépendante. Il émanait de tante Constance une grande autorité naturelle. Il arrivait qu’elle me fasse un peu peur. La marraine était la bonté même. Tante Constance cuisinait à merveille les poissons qu’elle allait acheter le matin même sur le port. La marraine, elle, faisait venir une de ses amies qui nous préparait des crêpes délicieuses.

Muguette se retourne peu sur son passé ou alors par petites touches impressionnistes et sans nostalgie. Elle a un voisin du même âge qui l’agace à toujours convoquer leurs souvenirs d’enfance, ce monde agricole disparu où les hommes et les femmes battaient le blé au fléau et où on menait les chevaux au maréchal-ferrant. Muguette a bien conscience des avantages que le progrès a apporté dans les foyers. A quatorze ans, elle est devenue fille de ferme. Il y en avait des bouches à nourrir tous les jours et encore plus quand le temps des moissons revenait. Muguette se rappelle cette salade de betterave à sucre non cuite qu’on leur servait et qu’elle avait en horreur. Elle m’a raconté que tous les jours au moment de refaire les lits le draps du dessous prenait la place du drap du dessus qui, lui, venait occuper celle du drap du dessous. Muguette m’a raconté combien elle avait été horrifiée de découvrir dans une ferme un enfant handicapé attaché à une corde non loin des cochons et qui hurlait toute la journée. Elle était encore une très jeune fille et s’était demandée pourquoi les parents n’avaient pas tué leur enfant à la naissance plutôt que de le condamner à une existence si monstrueuse. Il était encore moins bien traité que les bêtes. Dans une ferme, autrefois, tout le monde se devait d’être utile. Comme il ne pouvait pas faire sa part, il n’avait droit à rien!

Muguette est veuve depuis quatre ans. Ses deux fils viennent souvent la voir et comme c’est une femme drôle, légère et non envahissante, elle reçoit beaucoup de visiteurs. Le matin, quand nous arrivons avec Fantôme, elle est dans sa cuisine. En écoutant les nouvelles diffusées sur radio bleu, elle fait cuire des haricots verts ou des oeufs durs. Toutes les semaines, Muguette « fait les poussières » et tous les quinze jours, elle s’attelle à ses cuivres qui brillent comme des soleils sur les murs de sa salle à manger.

Muguette n’avait aucune passion pour le potager et le jardin. C’est à la mort de son mari qu’elle a commencé à s’y mettre et maintenant elle ne pourrait plus s’en passer. Le potager ou le jardin donnent un cadre, rythment une journée, maintiennent en forme physiquement et moralement. Les pieds de canas que Muguette m’a donnés et que Stéphane a replantés souffrent un peu de la chaleur. J’espère qu’ils vont survivre à notre absence. Normalement, l’année prochaine, ils devraient donner de jolies fleurs oranges.

Ce matin, avant de partir au marché, j’ai été cueillir des mirabelles. Louis en raffole. J’aurais aimé en faire une tarte mais l’utilisation du four est condamnée avec une telle chaleur. Sur la mezzanine, Théo et Louis ont fabriqué une cabane. Tout à l’heure, mes patients souriront en la voyant.

Vendredi, en fin de matinée, nous prendrons la route des vacances. Le coffre sera plein des affaires de camping pour la marche dans les Cévennes. Notre pauvre Fantôme aura juste assez de place pour s’étendre. Nous nous arrêterons dans l’Ain où nous retrouverons nos filles après un mois de séparation. Notre Louis, très démonstratif, se précipitera vers Céleste et Victoire et les serrera très fort contre lui. Entre la Haute-Corse et l’Ain, les enfants s’en seront donnés à coeur joie! Chez leur mamie, au pays des grenouilles, les enfants aiment par dessus-tout retrouver tous les cousins et les amis en villégiature chez leurs grands-parents respectifs. Jade et Yanis chez Marie-Thé, l’amie et voisine directe de leur mamie. Zoé, la fille de Sophie, la cousine de leur papa et de leur tante arrachée si violemment à la vie dans les semaines ayant suivi la naissance de son bébé. Et, cette année, Emilie et Nicolas, les enfants d’une cousine germaine, Marie-Laure. Libres, les enfants passent d’une maison à une autre, d’une piscine à un étang, d’un vélo à un pédalo. Je pense à Sophie et à la joie qu’elle aurait de voir tous les enfants réunis et perpétuer le petit groupe que ses cousins, les enfants de Marie-Thé et de René et elle avaient constitué. En qualité d’aîné, c’est Stéphane qui dirigeait la bande. Tous se pliaient à ses désirs.

Après l’étape bressanne, nous continuerons notre route jusqu’à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard rhodanien. Nous y retrouverons une grand-mère qui aura tout juste eu le temps de refaire les lits et de ranger sa maison après le départ de sa seconde fille et de ses trois enfants. Nous serons heureux de partager des moments agréables avec des amis chers, de nous promener entre les allées du marché et, le 3 août, jour de l’anniversaire de notre mère, nous serons tous installés sur les gradins du théâtre antique d’Orange et assisterons à la projection du film de Disney « Fantasia » dont les morceaux de musique seront interprétés par l’orchestre national de Lyon. Notre grand-mère, disparue voici dix ans, offrait souvent à sa fille des places d’opéra pour son anniversaire. Le temps est amplement venu pour moi de prendre le relais. Du cinq au douze août, nous marcherons avec des amis, leurs enfants et des ânes sur le chemin de Stevenson. Nous renouerons avec la vie en pleine nature et les enfants seront momentanément privés de téléphone.

A deux jours du départ, je partage avec vous une chronique écrite en septembre 2010 et qui raconte des souvenirs de bouts d’été passés dans l’Ain avec les enfants. J’y ai été souvent seule avec mon beau-père et les journées me semblaient parfois bien longues. Ce qu’il y a de merveilleux quand on prend le temps d’écrire pour fixer ses souvenirs, c’est qu’on peut ressusciter son passé et retrouver tout un monde de sensations et d’émotions. En 2010, notre Céleste avait sept ans, notre Victoire cinq ans et demi et notre Louis deux ans et demi. Fantôme n’était pas encore entré dans notre vie.

« Allez, les enfants, on y va ! On va chercher le pain au village. » Ces deux phrases, une maman les aura prononcées pas moins de dix-huit fois entre les mois de juillet et d’août. En général, il était dix heures passés quand, enfin, le convoi se mettait en branle. Avant, il avait fallu courir après les chaussures que numéro un avait pu tout aussi bien abandonner au fin fond du potager, dans un périmètre délimité par le parterre des fraises et celui des tomates cerise, au pied du trampoline ou bien encore sous les pédales du piano, dans l’atelier imprégné d’odeurs d’huile de lin d’un papy. Numéro trois commençait, lui aussi, à laisser choir, à peine assis, chaussures et chaussons, sous les tables. Si la génétique pouvait expliquer ce besoin d’aller nus pieds, le gène avait dû être hérité d’une mamie et, finalement, la maman se demandait si cette difficulté à avoir les pieds prisonniers dans des souliers, aussi légers soient-ils, ne venait pas signer des personnalités libres et rebelles à certaines règles établies.

Avant de voir le lourd portail s’ouvrir, il fallait encore attendre que numéro deux ait installé ses bébés à l’avant ou à l’arrière de sa bicyclette. Les préparatifs n’en finissaient plus quand numéro deux s’était mis en tête de tirer un landau attaché à l’arrière de son vélo par une corde à sauter. Numéro trois, lui, assis depuis un gros quart d’heure sur son tricycle, piaffait d’impatience. Il était encore trop jeune pour penser qu’avoir deux grandes sœurs n’était pas toujours une sinécure. Souvent, le matin, dans l’Ain, il soufflait un petit air frais. La maman obligeait ses enfants à enfiler un gilet qu’ils auraient enlevé avant même d’avoir atteint la fin de la première grande ligne droite. Numéro un et numéro deux faisaient la course en tête tout en essayant de rester le plus près possible du bord de la route. Dans son tricycle, numéro trois n’essayait même pas de pédaler seul. Il laissait sa maman le pousser. Il l’entendait pester quand sa difficulté, à lui, de maintenir son volant droit les faisait zigzaguer. Quand elle était fatiguée de déployer autant d’efforts pour le faire avancer droit, que quelque part, là-haut, dans son épaule droite, la douleur augmentait, elle faisait décoller du sol la roue avant. Il ne s’en apercevait pas tout de suite. Elle soufflait. Puis, toujours trop vite, il lui disait « pose-moi ! pose-moi ! », elle le posait et la douleur revenait.

Le plus souvent, la maison tout juste quittée, on s’arrêtait pour dire bonjour à deux gros et gentils chiens : un bouvier bernois et un golden retriever. Tous les deux, dés qu’ils apercevaient l’aréopage d’enfants, s’approchaient, avec nonchalance, de la grille en fer forgé noir. Le golden retriever laissait tomber sur les gravillons de l’allée, un vieux ballon de rugby tout dégonflé. La grande grille rendait impossible tout espoir de jeu complice entre les enfants et les chiens. Alors, les enfants se contentaient de quelques tendres caresses. Au bout de quelques minutes, les enfants remontaient sur leurs vélos. Les deux chiens retrouvaient leur place, à l’ombre d’un tilleul.

Avant le stop, on prenait à droite. On traversait ce que la maman avait baptisé « la forêt des guilis », une haie en cyprès de Leyland dont les doigts branches caressaient très agréablement les bouts de peau dévêtue. Si, d’aventure, la haie avait été coupée, les enfants étaient tout désappointés. On faisait encore deux étapes pour embrasser deux jeunes octogénaires débordant de joie de vivre et d’allant. Numéro deux faisait admirer ses belles robes et ses bébés confortablement installés dans le landau. Numéro trois commençait toujours par faire mine de refuser de donner un baiser, puis, venait se précipiter dans les bras largement ouverts. Numéro un était pressé de s’élancer dans la descente. Les enfants se voyaient offrir des bonbons. On se remettait en route après s’être souhaité une très bonne journée et avoir, notamment, échangé autour des couleurs du ciel. Dans la descente, les filles se laissaient glisser avec joie. Elles avaient ordre de mettre pied-à-terre à chaque intersection. À l’approche de la petite gare, on passait sur le pont, au-dessus des rails, et les filles expliquaient à leur petit frère que c’était là que leur papa prenait le train pour aller au collège. Numéro trois était ravi quand un TGV filait si vite qu’il était matériellement impossible de compter le nombre de wagons.

On arrivait sur la place du village. On admirait le toit en tuiles vernissées de la petite église. Les enfants savaient que leurs parents s’étaient mariés là. Les villageois se rappelaient, peut-être encore, le concert de tambours burundais qui avait accueilli leur sortie. Il faisait chaud. Les tambourinaires avaient joué longtemps. Sur les photos, les traits des mariés étaient figés et leurs sourires forcés. C’était bien plus tard, dans la nuit, qu’ils avaient pu apprécier la chaleur envoûtante des rythmes burundais et pu communier, en pensée, avec l’ami cher auquel les autorités helvétiques avaient refusé la possibilité d’une escapade de deux jours.

Les enfants pédalaient en direction de la supérette. Ils farfouillaient dans une boîte en plexiglas et en sortaient la sucette de leur choix : vanille-fraise pour les filles et coca-cola pour le petit garçon. Avec la chaleur, les papiers fins d’emballage coloré collaient aux bâtons des sucettes. Avant que le petit garçon, dans un mouvement d’humeur, n’ait jeté par terre sa sucette et, se prenant pour le chanteur Helmut Fritz, poussé un terrible « ça m’énerve ! », la gérante s’était emparée des sucettes et attaquait les papiers avec une paire de ciseaux. Les enfants disaient au revoir. Le petit garçon secouait vigoureusement sa menotte gauche.

En sortant, il admirait les bouteilles de gaz, aussi merveilleuses, dans son imaginaire, que les extincteurs et les horodateurs. Des mots dont il se gargarisait depuis qu’il les prononçait parfaitement. A nouveau, on traversait la place accueillant le marché le vendredi matin. On poussait la porte de la pâtisserie. On y achetait brioches ou tarte au sucre, tartelettes aux framboises ou biscuits à la cuillère. Il fallait toujours rappeler le trio à l’ordre qui imprimait les marques de ses doigts sucrés sur toutes les vitrines et voulait grimper sur le comptoir. Puis, les trois enfants se chamaillaient car tous voulaient donner les sous, récupérer la monnaie, porter les gâteaux et donner à leur père le sachet de biscuits à la cuillère. La dernière étape était pour la femme du boulanger. Elle revenait de vacances. Elle avait aimé le grand air de la montagne, bénéfique à tous les membres de la famille. Chez elle, on attendait longtemps. Elle n’était pas pressée. Elle prenait le temps d’échanger. On lui achetait un gros pain de campagne et une baguette. On avait pris soin de laisser dehors les bonnes choses achetées au pâtissier.

Une fois, pendant le séjour, les enfants étaient autorisés à aller au café faisant aussi office de tabacs et de maison de la presse. Dans l’air flotterait, sans doute à vie, cette odeur de tabac froid, de pastis et de vieilles graisses. C’étaient toujours les mêmes habitués qui levaient la tête pour saluer l’entrée du trio. L’ambiance était calme. On aurait pu se croire dans un roman de Simenon. Elle se rappelait que lorsqu’elle fumait encore et était célibataire, elle venait boire son café au comptoir et fumer sa première cigarette de la journée. Le matin était petit. Elle aimait penser que si « tous les matins du monde sont sans retour », le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. Ensuite, elle remontait avec la presse du jour, des croissants chauds qui feraient des taches de beurre sur le papier blanc et du pain frais.

Tandis qu’elle essayait de trouver une revue, les enfants farfouillaient au rayon cartes postales. Sachant lire, numéro un se débrouillait seul. Numéro deux et numéro trois lui tendaient, à tour de rôle, des cartes de condoléances et de naissance, de mariage et d’anniversaire. Parfois, aussi, leurs naïves mains sortaient des rayonnages des cartes de jeunes femmes très légèrement vêtues, exhibant leurs formes rebondies sur des plages désertes ou des sommets enneigés! Les enfants finissaient par trouver leur bonheur et si les cartes étaient souvent aussi vilaines qu’elles étaient chères, la maman ne disait rien.

Dans la montée, les enfants ne se plaignaient pas. Numéro un et numéro deux continuaient à faire la course en tête. La maman guidait toujours, de sa main droite, numéro trois sur son tricycle tout en tenant, côté gauche, les gilets, le gros pain et les gâteaux. Souvent, on avançait derrière les deux employés municipaux arrosant les compositions florales. Cela amusait les enfants, les filets d’eau s’écoulant des suspensions. Ils jouaient au jeu de « qui passerait dessous sans se faire mouiller ». L’école maternelle, « les marmousets » était particulièrement bien fleurie. La dernière fois qu’ils  en avaient longé les murs, les fenêtres des classes étaient largement ouvertes sur la cour de récréation. La rentrée se profilait. En arrivant devant l’endroit où travaillait leur père, les enfants abandonnaient leurs vélos, prenaient d’assaut l’escalier menant au bureau et apportaient le sachet de biscuits à la cuillère.

Les deux gros chiens avaient quitté l’ombre du tilleul. On ne les voyait pas dans le jardin. De l’autre côté de la route, des ronciers couverts de mûres leur faisaient signe. En quelques minutes, numéro un avait ramassé une belle poignet de fruits noirs, numéro deux s’était égratigné le bras sur les ronces et numéro trois avait les doigts maculés de taches violettes.

Enfin, le portail semblant isoler la maison du reste du monde était en vue. À tour de rôle, les enfants faisaient sonner la grosse cloche installée par papy et mamie, une magnifique cloche qui avait dû, longtemps, se balancer à l’ombre du clocher d’une petite chapelle. Après quelques minutes, on se serait attendu à voir apparaître un frère dominicain mais personne ne venait leur ouvrir et rarement ce coquin de papy qui ravissait au jour les heures de sommeil que la nuit lui avait volées. Heureusement, on avait un bip que les enfants se seraient fatalement disputés si on n’avait pas instauré un système de roulement.

Il était onze heures trente. Les enfants avaient eu chaud. Ils se dirigeaient en direction de la piscine. De l’autre côté de la haie, quatre petits-enfants s’ébattaient déjà joyeusement dans la leur , sous le haut patronage de leurs grands-parents. Dans une minute, de l’autre côté de la maison monterait un « maman, tu peux ouvrir le rideau de la piscine ? ». Le rideau enroulé, on entendrait encore « maman, il faut enlever le robot », puis, « maman, maman, viens vite voir! Il y a un lézard au fond de l’eau. Il faut le sauver ! Vite ! » et aussi « maman, tu peux me mettre mes brassards ». Et la maman de penser : « que ne suis-je pas Shiva ? ».

Anne-Lorraine Guillou-Brunner

 

2 commentaires sur “Chronique d’un jour le plus chaud (réflexion écologique)

  1. bonjour

    j’apporte quelques precisions
    la prefectorale faisant partie de votre vie , le chardon et la lutte contre son developpement fait l objet d’un arreté prefetoral qui oblige a lutter contre son developpement et ce depuis des decennies , la vue depuis votre fenetre a donc pour son cultivateur eté la cause de remontrance voisine finalement sans suite pour cette année , mais ca ne durera pas longtemps a priori nombre d’agriculteurs bio ont deja fait l objet de denonciation
    on ne peut pas reduire l’essor industriel general a :  » On a persuadé le monde rural qu’il devait se mécaniser pour produire de plus en plus …. » on oublie que la mecanisation a rendu moins penible le travail , et que conjointement les salariés sont allés « a la ville  » chercher des travaux moins durs mieux remunerés , puis des congés payés puis plus tard summum du modernisme les hlm … cercle vicieux ou vertueux moins de main d’oeuvre plus de mecanisation plus de mecanisation moins de main d’oeuvre au nom d’une image d’epinal on ne va pas reprocher a l’agriculture d’avoir evoluer dans le sens de l histoire du pays , et d’avoir reussit ce defi de nourrir les siens , la france on l oublie trop vite n’a été autosuffisante me semble t’il qu’ a la fin des années 50, nos sociétés qui ne conaissent plus ce genre de penurie pensent que ca n’arrivera plus , c’etait pourtant hier
    se passer de mecanisation ca veut dire retour de la main d’oeuvre mais dans un pays qui a 6 millions de chomeurs viticulteurs maraichers arboriculteurs ne trouvent personne , hormis polonais bulgares roumains , et de courageuses femmes souvent turques qui travaillent durement et « heureusement « sous le regard bienveillant de leur epoux tranquillement a l ombre dans la voiture attendant la fin de la journée

    un ministre de l’agrciulture americain disait « nous avons confiez la responsablités de nous nourrir correctement a 1% de notre population , ils le font chaque jour et pour ca nous devons les en remercier  » ce n’est pas demain qu on entendra un ministre francais le dire .

    pour une non initiée j’ai moi meme  » jouer avec la bourse  » aujourd’hui tout est plus simple, mais j’appelai quand je voulais vendre il y a 13ans directement la salle de marché , pour etre realiste un agriculteur ne joue pas avec la bourse , nos petits volumes ne pesent rien , sur un marché mondial , ce ne sont pas les agriculteurs qui jouent mais les speculateurs et des puissances bien discretes louis dreyfus cargill … qui ont fait parait il en 2012 les champiosn des benefices pendant que des mexicains voyaient flamber le prix du maïs indispensables pour eux …. joue t’on sur le marché a terme , non , c’est meme le contraire dans le contexte du marché c’est un formidable outil de securisation , on dit souvent que celui qui specule c’est l’agriculteur qui a son tas de blé sous son hangar et qui attend pour vendre , le marché a terme c’est pouvoir assurer un prix presque 2ans avant la recolte , combien d’entreprise accepteraient aujourd’hui d’engager des capitaux ( terres materiels) du travail , de l’engrais , tout en ne sachant rien de combien elle pourra produire ( a cause de climat , insectes maladies) , ni a quel prix elle pourra vendre ? voila a quoi sert la bourse , je defini un prix auquel je gagne ma vie et je fixe mon prix sur la bourse , croyez moi ca permet de retrouver le sommeil , c’est mieux que de voir chuter les cours ou d’attendre en esperant qu’ils remontent , aujourd’hui on se retrouve en bio a livrer de la marchandise et on nous donne ce que l on veut un prix moyen sur toute l’année aucune prevision possible

    les bleuets ne seront jamais trop present ici , les sols siliceux sont acides le bleuet n ‘aime pas vraiment l’acidité , ni les argiles pas assez drainant
    le coquelicot c’est joli c’est vrai c’est aussi une opiacée , quand a la prise de conscience generale j’ai recu l injonction de broyer ma jachere de la part de gentils voisins , tous d’accords parce q une jachere pas bien tondue ce n’est pas propre , fuyant le conflit , j ‘ai broyé , il y avait quelques fleurs , combien reste t’il de fleurs dans cet été sec pour que butinent les abeilles? bien peu , tant pis c’est propre….

    Ici, la plupart des agriculteurs passent en « bio ». Ce n’est pas forcément car ils sont animés par une vraie conscience écologique mais parce qu’ils perçoivent des subventions.
    pour des subventions , pour une image et vendre autre chose c’est parfois vrai et c’ est pour moi assez derangeant quand on est agriculteur bio et qu on ne mange rien de bio chez soi parce que trop cher mais etre en meme temps tres content de vendre ses produits plus cher aux consommateurs , j’avoue que ca me gene assez…. peut etre que plus que d’ou on vient c’est aussi le chemin que l on prend qui est important , et puis chacun peut chacun meme si certain me laisse dubitatif .
    notez tout de meme que la conscience ecologique est toute relative , il y a parfois des pesticides en bio qui sont plus dangereux que des pesticides conventionnles mais autorisé car naturel , la conscience ecologique ecologique ne devrait elle pas juger le profil ecotoxicologique , plutot que naturel ou de synthese qui ne prejuge pas du risque … toujours pour la conscience ecologique quand on produit en bio 2 fois moins par unité de surfaces , il faut donc 2 fois plus de surfaces cultivées est ce mieux pour la biodiversité , pour le sol , d’avoir toutes les terres possibles cultivées en bio ou d’avoir moitié moins de champs utilisés mais traités et plus de zones totalement naturelles?

    precision sur une precedente chronique les pays bas ne sont pas le plus gros exportateurs européens , mais le 1er exportateur en valeur , si la colombie vend de la cocaine et le maroc du cannabis , on comprend bien qu’un produit est bien plus cher que l’autre , ce n’est donc pas un critere qui permet de juger du modele agricole ultra intensif des pays bas …bon il se trouve qu’en plus de vendre avec de la valeur ajoutée ( des fleurs , des bulbes) , ils ont aussi un modele tres intensifs doublés d’une forte faculté a tricher ( comme leur voisin belge) , surdosage en lisier pendant des decennies , veterinaire belge qui ont importés les hormones de croissances en france, poulet a la dioxine , pas mal de filiere louche qui transit par les pays de l’est ( fameuse lasagne de cheval ont un intermediaire neerlandais, dans le porc aussi) les oeufs bio traités au fipronil en belgique et au pays bas ( fipronil qu on appel tueur d’abeilles que chacun met sur son chien pour puces et tiques , avouez que mettre un neurotoxique a action systemique ( via le sang) sur son chien qui souvent caline les enfants c’est moyen )

    je lisais une de vos dernieres chroniques ou muguette disait que les fleurs ce n’est pas utile mais c’est jolis , ca me rappelai , le petit prince et l’allumeur de reverbere chapitre 14 , ou il terminait en disant  » c’est utile puisque c’est joli » l utilité des choses …. c’est assez dommage qu on ne tienne pas assez du beau dans nos campagnes , les maisons ,les panneaux …peut etre que finalement peu de gens s’y attardent tant pis pour eux s’ils ne voient pas ces quelques vestiges

    bref passez de bonnes vacances
    au plaisir de vous recroiser

    1. Cher Cédric, j’étais heureuse de vous avoir croisés Arnaud et vous sur le plateau sur lequel nous cohabitons. J’espère que la pluie va enfin tomber. Quand, en Corse, mes filles se sont lamentées parce qu’un jour, il pleuvait, je leur ai expliqué que cette pluie, à moins qu’elle ne soit torrentielle, serait une bénédiction et qu’avec un peu de chance il y aurait moins de départs de feux…Je vous remercie d’avoir pris le temps de m’écrire pour apporter précisions et corrections. Je suis toujours désireuse d’apprendre et de corriger mes erreurs. S’agissant des Pays-bas, cette information m’avait été donnée par un agriculteur dont les parents étaient hollandais mais j’aurai sans doute mal compris…Je dois retenir tant de choses pendant une séance. Je constate que tout ce que dit Muguette est juste. Elle connaît bien son affaire…Tous les matins, auprès de cette femme que j’aime de plus en plus (je n’ai presque pas de famille), je reçois des leçons de sagesse. Pas étonnant qu’elle reçoive autant de visites! On ne refera pas le monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale mais on peut rectifier le tir et tous s’unir pour inverser le cours des choses. Nous avons des enfants qui auront des enfants…Mon mari et moi, à notre micro échelle, faisons autant que possible pour apporter notre part comme le petit colibri. J’adore les chardons! Pourquoi faut-il les faire disparaître? Sont-ils une menace pour l’éco-système comme les lupins ou le genêt en Nouvelle-Zélande? Muguette m’a dit qu’il était anormal (hormis inondations des prés) que les agriculteurs qui ont des bêtes n’aient pas de quoi les nourrir. Le broyage, je n’ai pas encore tout compris! Son intérêt? Le plateau lentement va prendre cet air désolé que je n’aime pas. C’est encore joli les champs couverts de chaume avec les meules non rentrées. J’espère que vous n’aurez pas trop de mal à labourer et que vous n’êtes pas trop fatigué. Vous n’en aviez pas l’air. A très bientôt Anne-Lorraine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.